Projet IDAPA

Accueil > Ressources > SPIP > Etude de la base de données SPIP pourla gestion des articles

Etude de la base de données SPIP pourla gestion des articles

Gestion des relations autour de la table ’article’

lundi 5 octobre 2009, par BENBAHOUCHE, CHEVALLIER, LONG, MALON

Malon , Benbahouche , Long , Chevallier.

Les tables contenant les articles dans la base de données sont :
- spip_article
- spip_auteurs_articles
- spip_documents_articles
- spip_mots_articles
- spip_referers_articles
- spip_syndic_articles
- spip_visites_articles

Ainsi , on remarque que dans la table "spip_article" il y a 29 champs ( colonnes ) avec chacun des caractéristiques différentes ,contenant des informations structurées .
D’où l’on peut découler de nombreuses informations importantes , en sachant l’article , comme l’auteur , puis en exploitant la clé primaire "id_auteur" on trouvera le nom , prénom et autres informations sur l’auteur.

Lors de la création d’un article, certaines tables sont modifiées et se changement s’inscrit dans la base de donnée concernant l’auteur et l’article . Or , nous avons un petit problème car nous n’arrivons pas à rajouter des auteurs dans un article. Enfin , l’enregistrement ou la modification d’un article se fait sur une nouvelle page.

Bon nombre de ses types de caractères et champs nous restent inconnus . Cependant , il est facile de remarquer des champs communs visible sur l’interface . Par exemple , le champ ’titre’ , ’sous titre’ , ’surtitre’, ’texte’ , ’chapo’. Le type de caractère grammaticalement parlant d’un article est du ’texte’ , mais en langage informatique , il y a des différences entre les type de caractères . En effet , le titre , le sous titre et le surtitre sont travaillés en ’text’ . Le texte principal , lui , est travaillé en "longblob" .

« 

Mais pourquoi ? Quelle est la différence entre le longblob et le text ?
 »

Le type de caractère ’text’ permet de travailler et d’écrire un texte sans limite de mots , sans contraintes spécifiques mais possède un défaut , les caractères spéciaux peuvent s’effacer .
Avec la longueur d’objets binaires (longblob) , on est plus limités que par les titres et les sous titres et les caractères spéciaux peuvent être conservés.
Enfin , l’enregistrement ou la modification d’un article se fait sur une nouvelle page.

Nous avons ajouté un document du schéma relationnel : Une idée se dégage de cette étude , pour lier deux tables par exemple : il nous faut trouver un attribut commun , ainsi on utilise des tables intermédiaires s’appellant « spip_"nomdelatable1"_"nomdelatable2" » contenant obligatoirement dans notre cas la clé primaire "id_articles" qui sert de liaison . Aussi , il y a de nombreux index dans cette table .
Dans un second temps , nous avons ajouté le schéma UML.ER qui traduit le schéma relationnel en élements concrets

Pour conclure ?

Nous avons reçus de nombreux enseignements de part cette étude relative à articles :
- Un index n’est pas forcément une clef primaire. Par contre une clef primaire est toujours définie comme un index.
- Toute table du schéma relationnel ne correspond pas forcément à une entité du schéma UML/ER.